NOYAUX ARMÉS POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE – 1978

Les Noyaux Armés Pour l’Autonomie Populaire apparaissent en France en 1976 (dissous en 1980). Les fondateurs des NAPAP se trouvent au confluent de plusieurs tendances de l’extrême-gauche : ils proviennent à la fois des milieux maoïstes, de l’Autonomie française, d’un « anarchisme ouvrier » et se placent sous l’influence des groupes armés italiens (notamment de Prima Linea). Déçus de l’essoufflement du mouvement en France, essoufflement qu’ils attribuent justement au dogmatisme et au débilisme des groupuscules, ainsi qu’à la déconnexion des extrêmes-gauche des masses, les premiers membres des NAPAP veulent plutôt relancer les luttes sur le modèle italien. Ils cherchent donc à dynamiser les forces ouvrières par des actions musclées, à rétablir un rapport de force avec le patronat qui doit inspirer les masses, leur redonner confiance, et enfin, les pousser à s’organiser, une fois celles-ci conscientes de leur puissance.

Les NAPAP ont comme objectif stratégique l’Autonomie ouvrière, c’est-à-dire l’organisation du prolétariat par lui-même et pour lui-même, dans le rejet de la société capitaliste, la destruction de celle-ci et l’établissement d’une société sans classe, issue des valeurs fraternelles du prolétariat. Ils ne parient pourtant pas, pour que se réalise cet idéal, sur la construction d’abord diffuse, puis plus structurée, d’un mouvement large qui devra peu à peu gagner en force et en qualité. Ils considèrent que le prolétariat possède déjà la puissance nécessaire, et la violence conséquente, pour abattre l’État. Il ne faut, selon les NAPAP, que mettre en évidence cette puissance, par des actions offensives, pour que se révèle et se mettre en branle la force ouvrière.

Cette analyse quelque peu aventuriste est due au contexte où évoluent les NAPAP. En France, en 1976, le mouvement social est mort. Il n’y a guère de mouvement ouvrier digne de ce nom. Quant à l’ultra-gauche, elle est composée de cadavres situationnistes, des junkies autonomistes et d’autres déchets trotskistes. L’expérience de la Gauche prolétarienne a porté, mais elle est finie, et le mouvement ouvrier communiste avec elle. Voyant les succès de l’opéraïsme et de l’Autonomie italienne, les NAPAP veulent reproduire cette dialectique entre violence populaire, actions situées et organisation nationale de la lutte. En se faisant le bras armé des ouvriers, les NAPAP croient que la violence populaire se révélera, s’étendra et s’organisera.

Leurs perspectives posent bien sûr de nombreux problèmes, et c’est bien normal. En effet, les NAPAP sont les premiers qui tentent de réfléchir la guerre de guérilla en territoire européen alors qu’il n y a pas de mouvement social (comme en Allemagne de l’Ouest) ou de mouvement de masse (comme en Italie). Ils tentent de resituer la violence, et de rendre le conflit bilatéral, dans une situation bloquée. Et c’est justement parce que nous sommes dans un tel moment que nous devons relire les NAPAP, et nous interroger avec eux. Que faire, quant il n’y a ni mouvement actuel, ni mouvement en vue, mais que l’on a la conviction de la puissance des ouvriers, qui devra nécessairement balayer la charogne capitaliste. Surtout si l’on ne veut pas se complaire dans un travail vague de diffusion politique, à faible intensité, se perpétuant dans le temps sans jamais gagner en puissance : une blague pour l’État.

Notons heureusement que les Noyaux Armés Pour l’Autonomie Populaire n’ont pas seulement pensé : ils ont agi, et de leurs actions, ont tirés de nouvelles conclusions. Une théorie plus juste, et une pratique plus cinglante, que plusieurs membres des NAPAP mettront en oeuvre dans les Cellules Communistes Combattantes à partir de 1983.

Nous mettons ici le communiqué de présentation stratégique des NAPAP, datant de 1978. « Le cocktail Molotov est un argument plus convainquant que la résignation refoulée. »

Noyaux Armés Pour l’Autonomie Populaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s