COMPUTER RIOT – Histoire Radicale

L’article qui suit est un texte partagé anonymement via le site de Montréal Contre-Information, un site de nouvelles et d’analyses anarchistes et antiautoritaires. Le texte relate l’histoire de « l’affaire Sir George Williams », qui eut lieu en 1969, alors que plus de 200 étudiant.es décident d’occuper le 9e étage du pavillon Henry F. Hall de l’Université Sir George Williams à Montréal. Ces étudiant.es contestent la décision de l’administration universitaire dans le traitement d’une plainte pour racisme déposée plusieurs mois auparavant par six étudiants antillais. Merci aux camarades anonymes qui ont pris le temps d’écrire cet article !

computerriot-768x576

Avec cette série de textes, nous tentons de rendre compte de l’histoire de la résistance militante prenant place sur les territoires du soi-disant « Canada », ainsi que de la réfléchir. Bien que les événements que nous explorerons n’impliquent pas nécessairement des anarchistes, nous croyons qu’ils revêtent une importance certaine. Ils constituent des repères culturels, des points de référence à partir desquels réfléchir idées et tactiques. Comme le dit le vieux dicton, nous apprenons du passé, afin de se préparer, dans le présent, pour défendre le futur.

Le texte qui suit raconte le Computer Riot (émeute des ordinateurs, communément référée en français comme l’affaire Sir George Williams), qui s’est déroulée à l’Université Sir George Williams (aujourd’hui Université Concordia), en 1969. Afin de contextualiser cette histoire, nous commençons avec une (très courte) histoire du racisme anti-noir dans l’est du Canada.

Durant la première moitié du XIXe siècle, des dizaines de milliers d’esclaves noirs s’enfuirent des plantations américaines vers le nord, en quête de libération. Plusieurs traversèrent la frontière canadienne, l’esclavage ayant officiellement été aboli au Canada en 1834. Il.les s’installèrent dans les centres urbains des provinces de l’est – en Ontario, au Québec et en Nouvelle-Écosse – formant de petites communautés tissées serrées.

Ces migrant.es noir.es nouvellement arrivé.es étaient généralement reçu.es avec racisme par la société blanche. Bien que la ségrégation n’ait jamais été consacrée par la loi canadienne, les noir.es se voyaient refuser l’accès à l’emploi, au logement et aux services gouvernementaux. Pendant que l’état mettait en place son système d’éducation public, les enfants noirs étaient forcé.es de s’empiler les un.es sur les autres dans des écoles à part, de moindre qualité. Les établissements réservés aux blanc.hes étaient chose commune, plusieurs hôtels, restaurants et hôpitaux refusant de servir les client.es noir.es.

En réponse, les communautés noires commencèrent à former leur propres organismes sociaux. À Montréal, de nombreux centres communautaires furent fondés afin de combattre l’exclusion sociale : le Women’s Coloured Club en 1902, le Union United Congregational Church en 1907, le Negro Community Centre en 1927. Ces organismes offraient plusieurs ressources, telles qu’une éducation et des soins gratuits, en plus de distribuer de la nourriture.

À la même époque, différents groupes racistes, s’établissant dans plusieurs villes, tentaient de s’implanter dans la sphère politique canadienne. Le Ku Klux Klan établit une section montréalaise, bien qu’il ne réussit pas à gagner de pouvoir de façon significative. Le Klan fut brièvement populaire en Saskatchewan, jusqu’à 25 000 personne y adhérant, aidant ainsi James Anderson à l’emporter sur le parti libéral aux élections provinciales de 1929.

La population noire de Montréal ne s’accroîtra pas de façon significative jusqu’à ce que soient levées, dans les années 1960, les restrictions fédérales en matière d’immigration. Entre 1961 et 1968, la population noire passe 7000 à 50 000 individus. Cette période est celle d’une prolifération d’idées anti-racistes et anti-coloniales, arrivant des États-Unis, de l’Afrique et des Caraïbes. Les intellectuels noirs puisent dans les analyses sur la race et l’impérialisme élaborées par les membres du mouvement Black Power et par ceux des différents mouvements indépendantistes d’Afrique. Ils organisent des conférences à travers la ville, faisant écho aux principes de la pensée révolutionnaire noire : l’autonomie, l’auto-suffisance et la défense.

Plusieurs jeunes immigrant.es noir.es s’inscrivirent à l’Université Sir George Williams (SGW), laquelle offraient des cours de soir et une politique d’admission plus souple. La population hétérogène de l’université détonnait avec celle majoritairement blanche et favorisée de l’Université McGill. Malgré sa réputation d’être une des universités les plus inclusives et progressistes du pays, il n’était pas chose rare pour les étudiant.es et pour l’administration de faire preuve de racisme.

En mai 1968, six étudiant.es noir.es des Caraïbes soumirent une plainte officielle contre le professeur de biologie Perry Anderson. Ils accusaient Anderson de discrimination envers les étudiant.es noir.es de son cours, leur attribuant des notes plus faibles pour un travail de même qualité que celui produit par leurs collègues blanc.hes. Après des mois d’inaction de la part de l’administration, l’insatisfaction des étudiant.es quant à la façon dont leur plainte était traitée ne faisait que croître. Il.les décidèrent d’en faire un enjeu public et commencèrent à organiser des sit-ins et à distribuer des pamphlets expliquant leur situation. L’université établit en réponse un comité d’audiences responsable de voter sur la meilleure façon de résoudre le conflit.

Plusieurs audiences et assemblées furent tenues, en janvier 1969. Les professeurs et les membres des autres facultés défendaient Anderson, tandis que les étudiant.es de couleur partageaient leurs propres expériences de discrimination sur le campus. Plusieurs prises de parole faisaient écho aux propos du Black Panther Party, lequel avait gagné en importance au sud de la frontière. Ils appelaient les étudiant.es à se méfier de l’administration et à prendre eux-même et elles-même la situation en mains.

Le 29 janvier, 200 étudiant.es partirent en manifestation à la sortie d’une audience. Le processus semblait avoir comme objectif d’innocenter Anderson et ainsi d’éviter de faire porter quelque blâme que ce soit à l’administration. Près de dix mois après le dépôt de la plainte, les étudiant.es voyaient bien que le problème ne résidait pas dans les agissement d’un professeur en particulier, mais plutôt dans le racisme systémique courant à l’université.

Une occupation étudiante pris place dans le laboratoire informatique de l’école, au 9e étage du pavillon Henry F. Hall. Neuf jours plus tard, l’occupation s’étendit au salon de la faculté, situé au 7e étage. Le 10 février, les étudiant.es proposèrent de mettre fin à leur action de protestation si l’université acceptait de mettre en place un comité d’audiences différent et de ne pas pénaliser les étudiant.es pour les cours manqués durant l’occupation. L’université promit aussi de ne pas poursuivre les participant.es à l’occupation ou d’avoir recours à la police.

Tandis qu’il restait moins d’une centaine de personnes dans le pavillon, l’anti-émeute commença à se mobiliser dans les rues avoisinantes. L’université avait manifestement décidé de rompre sa promesse. Face à la menace, les étudiant.es barricadèrent les escaliers et coupèrent l’alimentation du système d’ascenseurs. Alors que les policiers s’engouffraient dans les escaliers, les étudiant.es choisirent de faire usage du peu d’avantage leur restant, menaçant de détruire les millions de dollars d’équipement informatique si on ne les laissait pas sortir en sécurité.

Leurs efforts s’avérèrent vains : l’expulsion avait déjà commencé. Les étudiant.es commencèrent à fracasser l’équipement et à jeter des milliers de cartes d’ordinateur par les fenêtres. Alors que la police se rassemblait au 9e étage, un incendie se déclara à l’étage du dessous. Pendant ce temps, un rassemblement blanc s’étant formé à l’extérieur du pavillon se mit à scander « Laissez les nègres brûler ! ». Les étudiant.es tentèrent alors de s’échapper en démontant les barricades, mais s’aperçurent que la hache et l’extincteur de la pièce avait disparus. La police les avait confisqués la journée d’avant.

L’occupation se conclut avec 97 arrestations et approximativement deux millions de dollars de dommages matériels. Anderson, qui avait été suspendu pendant la crise, fut rétabli dans ses fonctions le 12 février. Le 30 juin, le comité d’audiences déclara « que rien dans les preuves présentées ne justifiait une accusation de racisme  » et le reconnut non-coupable.

Cette histoire est légèrement différente de la « version officielle ». Avec une rapide recherche sur Google, on accédera à des douzaines d’articles traitant du Computer Riot, presque tous relayant le récit des événements fourni par l’université. Selon cette dernière, la police n’aurait été appelée qu’au moment où les étudiant.es commencèrent à barricader les escaliers. Il s’agit ici d’une tactique couramment utilisée afin de légitimer une intervention policière musclée ayant pour but de contrôler une action directe : prétendre que certaines tactiques de contrôle étaient nécessaires afin de pacifier une foule « turbulente ».

Il est également souvent prétendu que ce serait les étudiant.es qui auraient allumé l’incendie ayant causé des dommages considérables à l’édifice, alors que les étudiant.es eux.elles-mêmes affirmèrent qu’il s’agissait de l’œuvre de la police. Cet aspect de l’histoire est traité dans le récent documentaire Ninth Floor.

***

Cet article est une traduction d’un texte écrit en anglais, disponible ici dans cette langue.

computer-riot-2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s